PDF Imprimer Envoyer

La vigne Rouge ou Vitis vinifera tinctoria


Familles des Vitacées ou Ampélidacées

Origine : Originaire d’Asie mineure, on la retrouve dans tout le bassin méditerranéen et cela depuis le 8e siècle avant J.-C. De nos jours, sa zone de culture s’est étendue sur tous les continents et régions tempérées.

 

Parties utilisées : Les feuilles pour leur richesse en anthocyanes, tanins, flavonoïdes et acides phénols ; ainsi que le fruit et la sève pour certaines préparations.

 

Historique : On retrouve l’emploi de la vigne rouge depuis l’antiquité  sous la forme de vins médicinaux, tisane, eau de soins… toujours pour ses propriétés tonique veineuse, astringente en application externe et même calmante pour les yeux irrités. Autre usage que le « simple vin »qui entretient le « french paradoxe »,les études actuels sur les anthocyanes, les OPC de raisin, les tanins viennent confirmer son efficacité  dans l’insuffisance veineuse, perméabilité capillaire.

 

Propriétés : Principalement circulatoire et anti-oxydante. Elle est aussi astringente et anti-inflammatoire.

On l’utilise le plus souvent dans les cas d’insuffisance veineuse (des jambes lourdes aux varices) et veino-capillaire (hématomes, pétéchies…), les hémorroïdes, vieillissement lié à l’âge, règles abondantes, aphtes, diarrhée…

 

Contre-indiqué : Aucunes. On restera cela dit toujours prudent chez la femme enceinte et allaitante, ainsi que sur certains terrains (ex anticoagulant etc.) de par son effet vasoconstricteur.

 

 

L’Eleuthérocoque ou Eleutheroccus senticosus

Famille des Araliacées


Origine : Sibérie et nord de la Chine ainsi que un peu au Japon et en Corée.

 

Partie utilisée : La racine riche en éleuthéroside .

 

Historique : Il est utilisé par les chinois depuis l’antiquité pour ses vertus sur la longévité. Fortement apprécié et utilisé en Sibérie dans la médecine traditionnelle Sibérienne. Culturellement, il est un peu au russe ce que le ginseng est au Chinois. D’ailleurs, on l’appelle souvent à tort le « ginseng de Sibérie » car il n’appartient pas du tout à la même famille. Plus proche de nous, il a été prescrit pour les astronautes (lutte contre les effets de l’apesanteur) et de façon générale pour aider l’organisme à s’adapter aux températures, aux infections ou aux radiations dans les cas de Tchernobyl.

 

Propriétés : Contribue au bon fonctionnement du cerveau (mémoire et concentration), améliore la résistance et l’adaptation physique, soutient et régule l’immunité. On l’apprécie pour ses vertus revitalisantes et toniques.

 

Contre-indiqué : Chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle, d’insomnie, troubles nerveux, diabètes ou maladies cardiaques, la femme enceinte et allaitante et les enfants de moins de douze ans.

 

La cure de raisin

L’automne  est la saison pour faire une cure de raisin, fruit délicieux, très digeste, qui permet de maintenir l’équilibre du pH sanguin.

Il est un puissant restaurateur de la force musculaire, très reminéralisant. Son effet détoxiquant, décongestionne le foie, la rate et augmente les fonctions hépatiques. C’est un puissant draineur, et il a une action laxative.

Cette cure prépare l’organisme à affronter l’hiver en parfaites conditions physiques et morales.

 

La cure

Ne consommez que du raisin (en jus, en grains crus entiers), possibilité d’alterner raisin blanc-raisin noir.

Choisir des raisins de provenance biologique car les vignes sont traitées avec du soufre, du sulfate de cuivre et autres produits hautement toxiques. Le laver soigneusement en le faisant tremper 10 mn dans un récipient.

Choisir des raisins mûrs, de préférence de type « Chasselas », « Muscat ». Eviter les raisins à peau épaisse de type « Italia ».

La quantité journalière à absorber varie de 1 à 3 kg, en trouvant sa quantité de croisière.

La durée de la cure est variable, cela va d’une journée par semaine, à 2 voire 3 jours, une semaine à 10 jours. Si vous faites le choix d’une cure longue, il est préférable d’adopter une alimentation hypotoxique les 2 jours précédent à base de fruits et de légumes uniquement, en supprimant la viande, les alcools, le café et le thé.

Pendant la cure, boire de l’eau, des infusions non sucrées, du jus de raisin sans adjonction de sucre.

Mâcher et avaler la peau et les pépins, sauf si vous vous sentez ballonner. En prendre au petit déjeuner, encas de la matinée, déjeuner, encas de l’après-midi, dîner.

En fin de cure longue, réintroduire progressivement d’abord le végétal (fruits/légumes crus et cuits), ensuite les céréales et le poisson, et enfin les autres protéines animales.